Rendez les données aux métiers !

L’intitulé de ce billet est un brin provocateur et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur 🙂 Cependant il reflète une vérité de plus en plus forte et met en exergue un fondamental : la donnée est créée par le métier et elle lui appartient. L’utilisateur et le métier sont en début et en bout de chaîne… et il serait normal qu’ils puissent s’approprier de plus en plus d’étapes… C’est vers cela que tend la BI !  Je pense notamment à l’élaboration des tableaux de bord. En effet, pourquoi un consultant BI devrait passer autant de temps à designer un tableau ou un graph pour finalement entendre que son graphique ne répond pas aux critères attendus et qu’il faudrait remplacer une couleur par une autre ou bien déplacer la légende …

Les outils du marché décisionnel Self-service BI

Des outils décisionnels ont fait depuis peu leur apparition sur le marché et permettent de laisser le métier manipuler les données et créer eux même leur tableau de bord de manière simple et intuitive. On parle ainsi de « self service BI . Je pense notamment à l’outil de décisionnel Microsoft Power BI qui offre de grandes possibilités via un outil connu de tous :Excel  ! (Power BI ne se limite pas à Excel mais la fonction collaborative incluant le partage des reports fera l’objet d’un autre article)

L’objet ici n’est pas de faire une présentation détaillée de l’outil mais de vous en donner les grandes lignes.

D’un point de vue « outillage », il suffit d’avoir Excel 2010 même si, comme le dit un spécialiste de cette solution en l’occurrence Jean Pierre Riehl, « L ‘histoire se raconte mieux avec 2013 mais se vit très bien avec 2010 ».  Il est important de préciser ce point car la plupart des grandes entreprises ne sont pas encore passées à 2013 et cela en raison de process de migration très longs.

PowerBI-Excel

De par son intégration dans Excel, la prise en main de cet outil se fait plus naturellement et rebute moins l’utilisateur.
De fait il sera plus disposé à construire des reports à sa convenance et pourra appréhender les concepts associés de manière plus efficace.

Excel dispose ainsi de trois éléments clés :

  • Power Query : Identification des sources de données
  • Power Pivot : Modélisation de données
  • Power View/Map : Reporting, Visualisation de données

En quelques mots …

Microsoft POWER QUERY

PowerQuery-Accueil

 

 PowerQuery-avantagesIl constitue la première étape d’intégration  et de transformation de données. Après avoir sélectionné un connecteur (un fichier Excel par exemple, une base de données ou bien encore Facebook ou des données publiques comme celles de l’insee), il est  possible :

– d’ajouter/ supprimer / renommer des colonnes
– éliminer les doublons / supprimer les lignes vides
– filtrer et trier des données
– fusionner des données…

Microsoft POWER PIVOT

PowerPivot-Accueil

PowerPivot-AvantagesOuste donc la recherche V, bienvenido le lien par table ! Exemple :

Nous avons deux tableaux :

– Un tableau décrivant le chiffre d’affaires par client pro
– Un tableau précisant l’adresse de chaque client pro

Relier les deux via Power Pivot va pouvoir permettre une analyse du chiffre d’affaires par ville là ou une recherche V aurait été habituellement nécessaire.

KPIConcernant les KPI, la définition de ceux-ci constitue un point fort de ce module. Des règles peuvent ainsi être déterminées facilement (ex : seuil de rentabilité mensuel, nombre minimum d’objets vendus sur période donnée, % maximum d’anomalie…)  et le rendu est assez agréable. J’en veux pour témoin notre gérant fictif d’une société fictive elle aussi 🙂

raconter histoire« Aujourd’hui nous commercialisons des produits dans 4 régions : Etats-Unis, France, Italie et Slovaquie et je suis responsable des ventes en France.

Ci-dessous, je peux via une mosaïque suivre l’atteinte ou non des objectifs individuels de mes commerciaux ainsi que leur niveau de progression. Molasson est par exemple bien en dessous des objectifs fixés mais on peut s’apercevoir qu’il a un taux d’évolution très bon. Il faut donc l’encourager à l’inverse par exemple de Gaudinou qui, lui, a de mauvais résultats et une évolution négative ! (1)

Je peux profiter de mes indicateurs pour m’apercevoir que notre valeur la plus basse est aussi quasiment la plus basse au niveau des quatres régions. Cet élément plombe notre CA et il faut mettre en place des actions. Les Italiens ne sont d’ailleurs pas loin de nous à ce niveau là. (2)

Parallèlement à cela,  je peux constater rapidement la réussite ou l’échec collectif au niveau national. Ici la France a par exemple échoué et n’a pas atteint le CA minimum fixé. Aïe aïe aïe, la direction va me taper sur les doigts ! (3)… Cependant je me rends compte via un graphique plus global que notre CA cumulé est supérieur à celui des autres régions et légèrement en dessous des Etats-Unis.  Des efforts sont donc à faire mais je suis finalement dans le coup par rapport aux autres régions, Rassurant ! Les ventes en dessous du CA fixé sont donc peut être liées au contexte économique et non à la réelle performance de mes commerciaux ! (4)»

Exemple KPI

Microsoft POWER VIEW

PowerView-Avantages

Enfin la partie Power View permet la réalisation simple mais non moins visuellement agréable de reporting.
Au-delà des graphiques et tableaux de bord traditionnels, certaines fonctionnalités donnent de la valeur à cette solution.
Ainsi il est possible de remplacer des termes par des images ou bien de petites séquences animées peuvent également vous dévoiler l’évolution de vos données de manière vivante.

Le tableau de bord ci-dessous peut très rapidement être réalisé. J’ai d’ailleurs un ami fictif qui travaille pour le ministère de l’agriculture et qui a eu pour mission de travailler sur l’évolution du prix sur les 15 dernières années des fruits les plus consommés. Pour cela il a décidé, ô surprise, d’utiliser Power BI 🙂

Voici ses résultats et quelques bribes de ses commentaires…

raconter histoire« Grâce à Power BI et l’intégration d’images, j’ai des repères visuels forts. Ca n’a l’air de rien mais je sais identifier très rapidement la donnée qui m’intéresse et je peux ensuite avec mon filtre mosaïque suivre mes tendances pour un fruit donné. Ici on voit que le prix de la banane a augmenté mais n’a pas flambé 🙂 (1)

En parallèle, j’ai pu dégager les prix minimums et maximums de chaque produit et mesurer les écarts maximum. Le prix de la fraise a ainsi pris beaucoup de valeur, à moi d’en identifier les causes …. (2) 

Enfin dernier point, j’ai pu établir des analyses de corrélation et les visualiser dynamiquement sous la forme d’une séquence. J’ai pu ainsi me rendre compte que les quantités vendues n’étaient pas forcément dépendantes de l’évolution des prix. (3) »

Exemple graphs PowerView

Enfin nous pouvons en terminer avec Excel avec la fonction Power Map en indiquant simplement qu’elle permet d’obtenir une géolocalisation visuelle des données avec une modélisation 3D

finish 2

Je n’irai pas plus loin dans la présentation de Power BI, mon article étant déjà trop long …mais j’aimerais conclure en précisant que si la main peut être laissée à l’utilisateur final, il reste cependant préférable de conserver un spécialiste de la BI pour accompagner et veiller sur le bon usage des données. Car si la donnée appartient au métier et si son utilisation / manipulation est simplifiée au quotidien, elle n’en reste pas moins un élément sensible de l’entreprise qui implique un accompagnement.

Mais ceci fera l’objet d’un prochain post…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s